Une rentrée réussie pour l'équipe Arkéa-Samsic

Partager

Publié le : 28 jan. 2019

Lundi dernier, l’équipe Arkéa-Samsic entamait sa première course de l’année : La Tropicale Amissa Bongo. Une épreuve composée de 7 étapes remplie de rebondissement et qui a su montrer la motivation et l’esprit d’équipe de ce peloton Breton dès le premier jour !

Un joli bilan pour André Greipel et ses équipiers : une victoire et trois podiums auxquels il faut ajouter sa troisième place au classement final !

« Pour nous, le bilan de la semaine est bon, confie Sébastien Hinault. Tout le monde est en bonne condition. Ce n’était pas une course facile, il y a eu du dénivelé tous les jours ; les équipes africaines ont élevé leur niveau et ont rendu la course plus attractive. Arkéa-Samsic avait le poids de la course et a assumé. L’état d’esprit est le bon. Au cours de cette semaine, j’ai fait plus ample connaissance avec André Greipel. Il est calme et malgré ses 156 victoires, il a douté un peu mais il a retrouvé la confiance. Il centralise les gens autour de lui sans beaucoup parler. Il impose le respect par sa façon d’être. Humainement, il est formidable, il est très généreux, sait remercier tout le monde, de son lanceur au mécanicien. Il est très facile à vivre. Pour lui, il va y avoir une petite période calme mais il disputera la dernière étape du Trophée de Majorque (3 février) puis il enchaînera avec le Tour d’Oman (16-21 février). »

André Greipel, après sa victoire de la 6ème étape :

« Je suis content de gagner, bien sûr, content de gagner une étape ici. À trois kilomètres de l’arrivée et même si trois coureurs étaient à l’avant nous ne nous sommes pas affolés, nous sommes restés ensemble. L’équipe a fait un super travail pour mettre en place le sprint. Nous avons doublé les trois hommes de tête à cinquante mètres de l’arrivée. J’ai démarré mon sprint, tôt…et ça a marché ! Je suis content car l’équipe n’a jamais cessé de me soutenir. Les coureurs et le staff sont restés positifs, toujours, même quand je n’arrivais pas à gagner. J’ai terminé sixième, cinquième, quatrième, troisième, deuxième, et finalement un vrai résultat : la victoire. Toute la journée les gars ont fait un super travail, et pour emmener le sprint Maxime et « Pipich » ont été excellents. Ça fonctionne bien ! Je dois vraiment le redire, mais ce n’est pas facile de gagner ici car Bonifazio et Manzin sont en forme. C’est un soulagement de gagner une étape, tout simplement, la première de l’année pour nous tous. »

Maxime Daniel :

« On a tous participé à cette victoire, comme depuis le début de la compétition, c’est génial. Pour ma part j’ai eu un petit problème de selle à douze kilomètres de l’arrivée en roulant dans un gros « nid de poule », et elle est descendue de trois-quatre centimètres… j’ai tenu comme ça jusqu’à la ligne car la course allait vite, je ne pouvais pas perdre du temps pour la remettre en place. J’ai un peu plus toxiné (rires) mais ça l’a fait. Dans la dernière bosse, Brice a bien lissé l’effort. À la flamme rouge, « Pich » a produit un gros effort. Je lance André à cent cinquante mètres quand nous doublons les hommes de tête. André fait son sprint. Ensuite, j’ai arrêté de pédaler même si j’aurais pu faire une « placette », mais je voulais voir si André allait gagner…et j’avoue, j’ai aussi levé les bras en franchissant la ligne. Ça fait hyper plaisir. Cette victoire est encore plus belle que si on avait gagné le premier jour car elle se faisait attendre. »

Comme le dit Sébastien Hinault, la dernière étape de la Tropicale Amissa Bongo a proposé un scénario plutôt conventionnel avec l’échappée de trois coureurs, Bisolti (Androni-Sidermec), Mansouri (Algérie) et Sabbahi (Maroc) qui ont compté une avance maximale de deux minutes avant d’être repris.
« Le final était encore un peu bizarre avec une descente prenant fin à 300 mètres de la ligne, explique le directeur sportif d’Arkéa-Samsic. Maxime Daniel a dû faire un effort trop tôt parce que Laurent Pichon a été gêné. Il a déposé André Greipel dans la roue de Manzin, mais Petit (Direct Energie) l’a délogé de là. C’était un peu chaud et André a donc pris la deuxième place derrière Manzin qui est en forme. »

Après toutes ses émotions et ses efforts, l’équipe Arkéa-Samsic quittera le Gabon avec le sourire face à cette victoire collective. Ce nouveau podium d’André Greipel conclut une semaine réussie pour le sprinteur allemand et ses cinq équipiers, même si chacun regrettait le déroulement du dernier sprint.

Récapitulatif des étapes :

  • Lundi 21 janvier, étape 1 Bongoville – Moanda (100 km). A. Greipel 3e
  • Mardi 22 janvier, étape 2 Franceville-Okondja (170 km). A. Greipel 2e
  • Mercredi 23 janvier, étape 3 Léconi-Franceville (100 km). A. Greipel 5e
  • Jeudi 24 janvier, étape 4 Mitzic-Oyem (120 km) A. Greipel 4e
  • Vendredi 25 janvier, étape 5 Bitam-Mongomo (120 km) A. Greipel 6e
  • Samedi 26 janvier, étape 6 Bitam – Oyem (100 km) A. Greipel 1e
  • Dimanche 27 janvier, étape 7 Nkok-Libreville (140 km) A. Greipel 2e

jj